domenica 26 maggio 2013

La construction européenne : un enjeu de foi ?



L'Union européenne « relève plus à certains égards du registre de la croyance que de la raison ». Dans un article paru sur Le Monde diplomatique, Anne Cécile Robert met l'accent sur les défenseurs de l'Union européenne: que défendent-ils et quels principes guident ce processus ? 

A l'heure où la politique nationale se voit de plus en plus vidée d'action économique et l'Union européenne manque cruellement d'empreinte politique, Mme Robert souligne que les défenseurs sur l'UE quittent de plus en plus la sphère du rationnel finissant par être guidés par des principes de croyance voire d'adhésion inconditionnée et impérissable. D'une part, un clin d'oeil au passé et aux mérites de cette construction ; d'autre part, un fidéisme résidant dans le principe que « Tout traité, même mauvais, doit être adopté au prétexte qu’il ferait avancer l’Europe ».

Pour citer Gramsci : assiste-on à une lutte entre l'optimisme de la volonté de ses défenseurs et le pessimisme de la raison de ses opposants ? 

A lire : Anne Cécile Robert, Les croyants de l'Europe,  Le Monde diplomatique [en ligne], juin 2013. 


Nessun commento:

Posta un commento